Menu »

Accueil / Voyages / Autriche

L’Autriche, en forme longue la République d’Autriche, est un État fédéral neutre d’Europe centrale, sans accès à la mer. Elle est entourée, dans le sens des aiguilles d'une montre, par l’Allemagne et la République tchèque au nord, la Slovaquie et la Hongrie à l’est, la Slovénie et l’Italie au sud, et par la Suisse et le Liechtenstein à l’ouest. L'Autriche est membre de l’Union européenne (UE) et de la zone euro respectivement depuis 1995 et le 1er janvier 1999.
Sa langue officielle est l'allemand, mais elle reconnaît aussi par la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires : le croate, le hongrois et le slovène. Sa capitale et sa plus grande ville est Vienne.

 

Durant l'Antiquité, l'Autriche est peuplée par les Celtes (civilisation de Hallstatt). Elle est ensuite partagée entre plusieurs provinces romaines, la Norique ainsi qu’une partie de la Pannonie et de la Rhétie.
Elle est intégrée à la Francie orientale qui devient le Saint-Empire romain germanique, après les grandes invasions en tant que marche de l'empire carolingien.
En 1815, après le Congrès de Vienne — l’Autriche et les autres pays germanophones essayent à nouveau de former une confédération allemande, mais l’opposition austro-prussienne domine, la guerre austro-prussienne achève donc cette confédération en 1866 et résout la question allemande au détriment de l’Autriche.

 

Sous le règne de François-Joseph Ier, en 1867, l'Autriche se tourne vers le sud-est de l’Europe, de sorte que l’Empire d’Autriche se transforme et s’agrandit pour former la monarchie danubienne, l’Autriche-Hongrie. François-Joseph meurt en 1916, à 86 ans, pendant la Première Guerre mondiale, après 68 ans de règne.
Son petit-neveu et successeur Charles Ier d'Autriche, 29 ans, après de vaines tentatives de retour à la paix, accepte impuissant le 12 novembre 1918 la dislocation de son empire et part en exil.

 

Lors de la scission de l'Autriche-Hongrie en 1918, les députés autrichiens allemands du parlement de Cisleithanie élu en 1911 décidèrent de fonder un État d'Autriche allemande.
L'Assemblée rédige une constitution déclarant que « l'Autriche allemande est une république démocratique » et qu'elle « est une partie de la République allemande ». Les alliés de la Première Guerre mondiale s'opposent à cette idée et le traité de Saint-Germain-en-Laye interdit le nom d'« Autriche allemande » et son unification éventuelle avec l'Allemagne, donnant naissance à l'ère de la Première République d'Autriche.
Considérablement réduite en taille après le Traité de Saint-Germain-en-Laye de 1919, l'Autriche connait une grave crise économique au lendemain de la Grande Guerre. Ce n'est que grâce à l'intervention de la Société des Nations que sa situation s'améliore à la fin des années 1920.
L'Autriche est rattachée à l'Allemagne hitlérienne de 1938 à 1945.
Occupée par les armées alliées, elle ne retrouve sa pleine souveraineté qu'en 1955.
Redevenue une « marche » de l'Europe, cette fois face au bloc soviétique, elle connaît un fort redressement économique pendant la guerre froide et enfin adhère à l'Union européenne en 1995.
  • Salzbourg

    44 photos

    Salzbourg est une ville autrichienne de 150 000 habitants en 2006 et la capitale du Land de Salzbourg (520 000 habitants en 2003). La vieille ville est inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO. C'est la 4e ville la plus peuplée de son pays avec ses 148 521 habitants en 2012. Située à la frontière allemande, la ville est célèbre pour avoir vu naître Mozart. Elle tient son nom du sel (allemand : Salz : sel, et burg : château), sur le commerce duquel la cité bâtit sa fortune. Le festival de musique classique de Salzbourg est l'un des plus prestigieux.
    Les premières traces remontent au Néolithique. Mille ans avant Jésus-Christ, les Illyriens occupent le site[réf. nécessaire], habité depuis l'âge de la pierre polie. Les Celtes sont arrivés 400 ans plus tard. À partir de 15 av. J.-C., une ville se forme sur les rives du Salzach. En 45, la ville s'appelle alors Juvavum, elle appartient à l'empire romain et acquiert le droit municipal. Au ve siècle un cloître y est aménagé. L'évêque Rupert von Worms (ou Rupert de Salzbourg) reçoit le reste de la ville en 699 en cadeau de la part du comte de Bavière. Le nom « Salzbourg » est évoqué pour la première fois en 755. La ville est depuis 739 le siège de l'évêché. Salzbourg devient une ville-état gouvernée par des princes-archevêques au xiiie siècle.
    En 1077, la forteresse d'Hohensalzburg (Festung Hohensalzburg) est construite par le prince-archevêque Gebhard.
    Au XVIIe siècle, la ville se « baroquise », notamment sous les princes-archevêques Wolf Dietrich von Raitenau, Markus Sittikus von Hohenems et Paris von Lodron. Le 31 octobre 1731 les protestants sont expulsés de la ville.
    1803 marque la fin des règnes des princes-archevêques de Salzbourg. La ville est donné en compensation du Grand-duché de Toscane à l'archiduc Ferdinand d'Autriche ; en 1805, elle est annexée avec Berchtesgaden à l'Autriche. En 1810, elle est rattachée à la Bavière puis en 1816 (après le Congrès de Vienne) elle est de nouveau réintégrée à l'Autriche.
    Vers 1860, les fortifications ne suffisent plus pour contenir la ville et Salzbourg s'étend au dehors.
    Le 7 juin 1935, une décision de l'assemblée de Salzbourg permet l'agrandissement du territoire de la ville. Annexant les communes avoisinantes, Salzbourg passe d'une surface de 8,79 km² à 24,9 km² et voit sa population grimper de 40 232 habitants à 63 275.

0 commentaire



Ajouter un commentaire

Me notifier des nouveaux commentaires :



S'inscrire sans commenter

Nombre de pages vues (miniatures ou images) : 132419
Consultations des 10 dernières minutes : 18
Nombre de pages vues des 60 dernières minutes : 18
Nombre de consultations d'hier : 20
Nombre de visiteurs des dernières 24h : 7
Visiteurs des 60 dernières minutes : 1
Visiteur(s) récents: 1